Inde : une éolienne moins chère qu’un Iphone pour assurer l’autonomie d’un ménage

avantgardeinnovations

Une startup indienne est sur le point de mettre en vente une éolienne à un prix inédit tant il est peu élevé.

Le projet pilote, récompensé à plusieurs reprises pour son caractère durable, social et innovant, donne aux citoyens un rôle clé dans la transition énergétique.

De quoi, dit-on, assurer une certaine autonomie énergétique d’un ménage indien.

Avant Garde Innovations est une startup indienne co-gérée par deux frères, Arun et Anoop George, et qui s’engage dans la transformation de la société tout en cherchant à favoriser l’autonomie individuelle. Leur travail concerne également la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les projets qu’elle accompagne visent à réduire les inégalités vis à vis de l’énergie en la rendant plus accessible et en supprimant la dépendance aux réseaux publics, souvent déficients dans le pays. Aussi, ses interventions se situent à deux niveaux qui peuvent se cumuler : en effet les inégalités peuvent être géographiques (lorsque le réseau ne couvre pas le territoire de manière régulière) et/ou financières (lorsque les prix empêchent à tous de pouvoir bénéficier de l’électricité).


Rendre accessible l’électricité partout en Inde et ailleurs

L’éolienne qui sera mise sur le marché par Avant Garde Innovations n’est pas un simple gadget dont les rendements seraient marginaux : reconnue par la Fondation des Nations Unies, leur turbine commence à produire de l’énergie à très faible vent et possède une puissance nominale de 3 à 5 kW, de quoi subvenir aux besoins d’un ménage moyen en Inde. Cette éolienne est une petite révolution dans le pays : jusqu’à présent, la majorité des éoliennes présentes en Inde ont été importées.

De plus, son prix, particulièrement bas rend accessible à un plus large public une technologie qui jusqu’à présent était presque exclusivement réservée aux grandes entreprises de production et aux ménages aisés. Arun George explique : « nous essayons d’introduire une révolution dans le monde industriel : rendre l’énergie accessible pour chacun ». Il ajoute : « pour un investissement initial de 50 000 roupies (environ 665 euros), les individus ont accès à une énergie gratuite pendant la durée de vie de l’éolienne, estimée à 20 ans ».

Bien évidemment, la somme reste élevée dans un pays où le salaire moyen est d’environ 114 euros, (d’autant que les disparités sont extrêmement élevées). Cependant, cette nouvelle technologie peut ouvrir la porte à la démocratisation de la production individuelle d’énergie. De plus, l’éolienne pourra être financée collectivement par des communautés locales afin d’accroître leur autonomie et de réduire leurs dépenses liées à l’achat d’électricité. En 2102, 22 pourcent de la population restait sans accès à l’électricité en Inde. De manière générale, l’énergie éolienne continue sa démocratisation d’années en années, aux côtés de l’énergie solaire.


Si, de par le monde, il existe de nombreux projets d’envergure afin de multiplier la production d’énergies renouvelables, le rôle à jouer des citoyens dans cette transition est important. L’invention des deux jeunes ingénieurs laisse entrevoir un futur durable, où les citoyens auraient un meilleur contrôle de la production de l’énergie. Une possibilité d’autant plus concrète, dans un pays ou les niveaux de consommation sont toujours inférieurs aux pays largement industrialisés. Si le modèle énergétique futur se veut être résilient, il associera inévitablement production publique et production privée d’une part, et projets de taille moyenne ou grande à des micro-projets d’autre part.

L’énergie en Inde, une question délicate

Les regards du monde entier et des experts du climat sont rivés sur l’Inde et la Chine, deux géants dont la population dépasse le milliard d’habitants. La croissance de la population, des dépenses dans l’armement ou encore de la pollution dans ces pays ne peut naturellement pas laisser de marbre. La tentation peut être grande, comme l’a fait Nicolas Sarkozy cette semaine, de rejeter sur cette partie du monde la cause de tous les maux, écologiques, sociaux et économiques alors qu’ils traversent des étapes de développement dont l’occident à lui même bénéficié par le passé (et bénéficie toujours). Cette manière d’argumenter, proche d’une forme de nihilisme scientifique, élude entièrement la responsabilité des pays occidentaux dans l’état de développement des pays du sud, simplifiant à l’extrême une question compliquée et délicate.


L’Inde, tout comme la Chine, est un pays aux multiples facettes et qui fait face aux difficultés liées à sa croissance démographique et industrielle peu controlée. Si dans le pays, certains ingénieurs regrettent le manque d’aide et de support de la part des autorités du pays pour développer des énergies alternatives au modèle nucléaire et carboné, le gouvernement prend conscience des enjeux important de cette problématique. Le géant est 4ème au monde en terme d’installations d’éoliennes mais seules 5% des énergies consommées sur le territoire sont des énergies renouvelables. Depuis peu, le gouvernement du pays se montre sensible à cette question ainsi qu’aux projets locaux, si bien que l’on ne peut qu’espérer une évolution positive de sa politique énergétique.

Source : https://mrmondialisation.org/inde-une-eolienne-moins-chere-quun-iphone-pour-assurer-lautonomie-dun-menage/

Écrire commentaire

Commentaires : 0