TVME : le centre de tri « 2.0 » qui produit des combustibles

L’unité « TVME », capable d’absorber 100 000 tonnes de déchets par an, produit des résidus réutilisables mais aussi des combustibles sous forme de biogaz injecté dans le réseau et sous forme de briques utilisables en cimenterie. Une première en France.

Une partie des installations de l'unité TVME d'Hénin-Beaumont, avec les digesteurs, où des bactéries méthanogènes fabriquent du biogaz. © Philippe Gaonzales, Tiru

À Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, un centre de traitement des déchets non recyclables pas comme les autres, et même unique en France, vient d'être inauguré. Son originalité est dans l'ampleur de la valorisation des déchets, poussée très loin. Outre la récupération de matériaux, l'installation produit du biométhane, qui servira au chauffage urbain, et du « CSR », combustible solide de récupération, destiné aux cimenteries en remplacement du mazout.

Cette unité « TVME » (Tri, valorisation matière et énergie) a été construite par Tiru (entreprise créée en 1922 par la Ville de Paris et devenue filiale d'EDF en 1946), en collaboration avec la société Ramery et le Symevad (Syndicat mixte d'élimination et de valorisation des déchets), créé en 2007 par la communauté d'agglomérations, regroupant 82 communes. Elle a pris la place d'une usine d'incinération datant de 1972, qui générait pollution et mauvaises odeurs.

 

L'installation TVME trie automatiquement et produit des combustibles

L'installation pourra traiter 100.000 tonnes d'ordures par an, qui sont entraînées dans un processus à cinq étapes, grandement automatisé et commençant par une opération de tri selon la taille et la nature.

  • Les déchets de plus de 10 cm, séparés en matériaux ferreux, plastiques et inertes, sont directement envoyés au traitement des matériaux solides (le « module 5 »).
  • Les résidus organiques solides sont séchés par compostage, c'est-à-dire grâce à la chaleur dégagée par des bactéries vivant en aérobie, et envoyés au module 5.
  • La fraction liquide, le « jus organique », fermente dans deux digesteurs de 2.500 m3 sous l'action de bactéries méthanogènes. Après épuration, le méthane qui en résulte est envoyé dans le réseau de gaz de GRDF pour servir au chauffage urbain.

La fraction solide finale est triée dans le module 5 pour trois productions :

  • des matériaux solides réutilisables ou valorisables ;
  • des « inertes » qui pourront servir comme matériaux pour la construction de routes ;
  • le CSR, un combustible solide, qui se présente sous forme de briques et utilisable notamment dans les fours des cimenteries.

Ce procédé est nouveau en France mais est déjà exploité en Allemagne, sous le nom de MYT. L'installation TVME en diffère un peu, notamment par le traitement des odeurs et de l'air intérieur, ainsi que par la récupération de l'eau utilisée. Son intérêt premier est la production d'énergie. La production prévue, sous forme de méthane, représente 24 GWh par an, soit la consommation de plusieurs milliers de foyers. Quant au CSR, TVM devrait en produire 32.000 tonnes par an. La vidéo évoque l'économie circulaire, un principe bien connu de la nature vivante mais que les humains commencent seulement à mettre en place.

Source : http://www.futura-sciences.com/planete/actualites/energie-renouvelable-tvme-centre-tri-20-produit-combustibles-65623/#xtor=RSS-8

Écrire commentaire

Commentaires : 0